Autoformation en 2D-3D

En formation, nous sommes initiés au seul AutoCAD, en plus de quelques modules sur le bâtiment. Ce qui n’est déjà pas mal. Cependant, par goût et par intérêt, j’ai décidé de compléter avec de l’autoformation en 2D-3D.

AutoCAD, et les autres

S’autoformer, ok, mais pourquoi ?

D’une part, parce qu’une formation de deux mois et demi n’est pas suffisante pour tout connaître sur AutoCAD. Même si on a assez bien balayé les diverses fonctions, on ne peut pas tout connaître sur un logiciel aussi complexe.

D’autre part, parce que, si AutoCAD et Autodesk sont leaders sur le marché des logiciels DAO, ils ne sont pas les seuls. ArchiCAD est bien présent, avec l’apport BIM intégré, pour ceux qui ne veulent pas avoir Revit en complément d’AutoCAD. Sketchup et d’autres solutions permettront à certaines entreprises, pour qui des licences très onéreuses sont rédhibitoires.

Je ne pourrai pas tout connaître, mais je peux toujours essayer de me mettre au courant autant que possible sur les différents outils et ce qui existe. Et pour ça, l’autoformation en 2D-3D est la meilleure solution.

Le cas Blender

C’est un logiciel que je connais depuis les années 2000. Eh oui, ça fait loin. Le moins que l’on puisse dire, ce qu’il a évolué au fil des ans, jusqu’à devenir un logiciel réellement performant ET polyvalent. J’avais arrêté en 2010 avec la version 2.48. Je le retrouve avec une version 2.80 (2.9 étant la dernière sortie) et une nouvelle évolution de l’interface.

Logiciel opensource, il bénéficie de l’émulation de sa communauté d’utilisateurs, et notamment francophone qui s’est formée autour du Blenderclan. Même si le site est un peu moins actif, ça reste une mine d’information sur la 3D et la conception graphique dans son ensemble.

Je me suis vraiment prise d’affection pour Blender, qui au contraire de ses débuts (^^) est devenu vraiment agréable à utiliser. J’ai donc naturellement associé ce logiciel à mon projet professionnel. AutoCAD et la 2D pour les plans, les dessins techniques. Mais je veux également monter en connaissance et compétence pour réaliser des rendus d’architecture et utiliser les avancées dans le domaine de la 3D et du BIM.

Cela forme un tout dans les compétences que je veux pouvoir apporter à une entreprise.

Être dessinateur

Savoir dessiner

Avant de savoir utiliser un logiciel, il faut savoir à la base. Dessiner des plans.

J’ai appris à dessiner à la main, avec le té et les équerres, les rotrings pour les différents types de traits, selon les significations. Les usages sont à la fois relativement uniformes. Mais on se rend vite compte des particularités locales ou de dessinateurs. Autant savoir de quoi on parle. Traits coupés, cachés, vus selon l’épaisseur et le type de trait (continu, pointillé, long court etc.), matériaux et éléments représentés, etc, etc.

j’ai appris cela à St Luc à Liège. Mon premier relevé, une porte à l’ancienne. Ensuite on a fait une classe, une partie de bâtiment. C’était assez long (et encombrant). Et dès qu’on a été autorisé à passer à AutoCAD, je ne me suis pas fait prier.

Les bonnes habitudes de dessin sont importantes, pour avoir un fichier de dessin clair. L’utilisation des calques, le nommage des éléments, etc.

Tout cela n’est pas lié à un logiciel. Ce sont des connaissances que je possède d’ores et déjà.

Connaître les logiciels

Les connaître tous, à la dernière version, c’est difficile. Non, c’est impossible ^^.

Je pense qu’il n’est pas inutile d’être prêt à switcher d’un logiciel à l’autre et de rester ouvert aux différents outils présents selon les différents emplois et entreprises fréquentés.

Bien souvent, au détour d’un article ou d’une offre d’emploi, j’en découvre un autre (CADwork pour les charpentes et ossature bois, par exemple).

Devant cette diversité, le mieux que je puisse faire, c’est donc me tenir au courant. Et donc place à l’autoformation en 2D-3D

Ressources en ligne

Elephorm

J’avais acheté en 2011 une formation Blender sur Elephorm. Un rapide coup d’oeil à la version 2.80 m’a rapidement montré que je perdrais mon temps à la suivre pour me remettre l’interface dans les doigts. Par contre, le site propose désormais une formule d’abonnement, et de fréquentes promotions. Ainsi, pour le prix d’une formation Blender, j’ai un an d’autoformation devant moi, table ouverte pour la DAO et le graphisme (et quelques autres sujets utiles aux créatifs).

Formation Blender 2.80 architecture chez Elephorm

Blender 3D Architect

Une précieuse ressource quand on s’intéresse à l’architecture et à Blender, c’est le site Blender 3D architect.

Un blog créé par un architecte brésilien, Allan Britto, très bien documenté, avec beaucoup de ressources, de projets. C’est vraiment un must pour apprendre tout ce qu’on peut faire avec Blender et les outils opensources (comme FreeCAD) dans le domaine de l’architecture.

le site Blender 3D Architect

C’est ainsi que, dans le soucis de rester proche de l’opensource, et parce qu’AutoCAD est assez lourd pour mon ordi personnel, somme toute basique, même si j’ai fait un petit investissement dernièrement, j’ai acheté le livre numérique FreeCAD. Ce blog est de toute façon une mine d’information et de projets intéressants.

Un peu de planification

Bien sûr, se lancer comme ça dans l’autoformation en 2D-3D ne se fera pas en deux semaines.

C’est donc sur le long terme que je mise, en me donnant des objectifs régulièrement, que j’entrecouperai de projets persos. (La maison de mon frère n’attend que ça pour passer en mode numérique…).

Et voilà également de quoi avoir des sujets d’articles pour ce blog pour un bon moment également ^^.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :